Testament d'Agathe de Saint-Père. veuve Pierre Le Gardeur

Notaire Dulaurent
7 fev. 1746
Testament de Madame de Repentigny

Pardevant les Notaires Royaux de la Pévôté de Québec y résidant soussignés fut présente Dame Agathe de St. Pere veuve de feu Pierre Legardeur Ecuyer Sieur de Repentigny vivant Seigneur de la Chenaye et de Repentigny, Chevalier de l’Ordre militaire de St. Louis, capitaine des troupes du détachement de la Marine en ce pays garnison de Montréal, demeurant à l’hopital général en cette ville dans une des chambres du batiment neuf servant au logement des pensionnaires externes dudit hopital, saine d’esprit, mémoire et Entendement comme il est apparu auxdits notaires soussignés, par ses paroles et actions, Laquelle dans la vüe de la Mort, craignant d’en estre prévenüe sans avoir disposé de ses dernières volontés a fait et dicté et nommé son testament en la manière qui suit

Premièrement, comme chrétienne, apostolique, Catholique et Romaine a Recommandé son âme à Dieu, suppliant sa Divine Majesté de luy faire miséricorde et de la recevoir en sa gloire éternelle par sa bonté infinie, et par les mérites de la Mort et passion de Notre Seigneur Jésus-Christ, Invoquant l’intercession de la Très Ste. Vierge, sa patronne et tous les saints et saintes du Paradis et

Veut et ordonne, la ditte Dame Testatrice que ses dettes soient payées, et Torts si aucuns se trouvaient réparés par son exécuteur testamentaire cy après nommé, auquel elle s’en rapporte entièrement pour sa sépulture, qu’elle entend estre audit hopital général ou elle devra estre inhumée, frais surnuméraires autorisés.

Item veut et ordonne qu’après son déces qu’il soit célébré Le plustot possible qu’il se pourra six cents messes basses de requiem pour le repos de son ame et celles de son deffunt Epoux et ses pere et mere.

Item Donne et legue audit hopital général Toutes ses hardes et meubles qu’elle pourra avoit audit hopital au jour et heure de son déces, à l’exception néanmoins des tableaux de famille, Lesquels seront remis à ses enfants, et de son argenterie que la ditte Dame Testatrice entent estre remise en entier à Damoiselle Marie Catherine Legardeur de Repentigny une de ses dits enfants, à laquelle elle en a fait présentement don et lequl. Suivant et en exécution de la donation par elle faite sous l’assignation privée, à sa ditte fille, ainsy que la ditte Testatrice le déclare.

Et Quant au surplus de tous les biens de la ditte Testatrice de quelque Nature qu’ils soient et puissent estre et en quelques lieux que les dits biens puissent estre situés, Icelle ditte Dame Testatrice veut et entend qu’ils soient partagés également et par souches entre ses enfants et petits enfants, leur recommandant étroitement La paix, l’amitié et L’union entre eux et qu’ils ne fassent aucun proces, à la charge néanmoins que chaque souche distribüera aux pauvres (renvoi : audit hopital général) la somme de cent livres pour et au nom de la Testatrice pour satisfaire aux torts qu’elle pourrait avoir faits ou occasionnés par son Commerce,

Et Pour exécuter le présent Testament et Iceluy plustot augmenter que diminuer, la ditte Dame Testatrice nomme et institue la personne de M. Jean Baptiste de St. Ours, Ecuyer Seigneur de L’Echaillon et de St. Ours chevalier de L’ordre militaire de Saint Loüis Lieutenant du Roy des villes et Château de Québec, son gendre qu’elle prie d’en prendre la peine et entre ses mains, duquel elle se déssaisit de tous ses biens suivant la Coutume. Révoquant tous les autres testament et codiciles qu’elle pourrait avoir cy devant faits au préjudice du présent testament auquel elle s’arreste comme estant sa derniere volonté (renvoi : déclarant même expressement qu’elle révoque pareillement toutes les dispositions testamentaires ou codiciles qu’elle pourrait faire au préjudice de sondit présent testament à moins que ces mots hilly, hely, Laminasabacthain n’y soient franchement rappellés sans quoy elle veut et entend que toutes les dtes. Dispositions testamentaires ou autres qu’elle pourrait ou qu’on pourrait le suggérer soient regardés comme nulles et de nulle valleur). Ce fut ainsy fait, dicté et nommé aux dits Notaires par la ditte Dame Testatrice, et à elle par l’un d’eux l’autre présent, L’avoir Relû, qu’elle a dit bien entendre et l’a persisté, en la chambre dudit hopital ou elle est demeurante, et ou lesdits Notaires l’ont trouvée assise dans son fauteuil, L’an mil sept cent quarante six Le septiesme Jour du Mois de février Environ onze heures du matin.

Trois mots rayés sont de nulle valleur.

(Signé)
Agathe St père veuve de repentigny

Panet (avec paraphe)                                             Dulaurent (avec paraphe)

(Repris du manuscrit par Léo-Guy de Repentigny)

Note :
Afin de nous aider à améliorer le contenu de ce site, nous vous prions d’adresser, d’une façon constructive, vos corrections, ajouts, commentaires ou vos demandes d’information sur ces pages Internet à :
Léo-Guy de Repentigny, généalogiste et archiviste de l’Association.

[Accueil] [Reproductions] [Document Lamare] [Noblesse] [Confrérie] [Agathe de St-Père] [Vente Lalande] [Engagement, 1737] [Donation] [Recensements]

Information mise à jour le : 04/juin/2014